Le virage numérique

Le virage numérique

Depuis quelques années, on parle beaucoup de l’intelligence artificielle et du numérique qui prennent de plus en plus de place dans nos vies. La plupart du temps, on en parle avec une certaine méfiance, appréhension et incertitude, souvent par incompréhension. Pourtant, les technologies ne sont pas nouvelles dans nos vies, et elles ne nous apportent pas uniquement du malheur. Au contraire, nous ne pourrions plus vivre sans elles.

Bien sûr, il existe certains aspects éthiques auxquels nous allons devoir faire face avec l’arrivée de certaines inventions, comme des robots qui effectueront les tâches de certains employés. Cependant, le virage numérique que notre société connaît depuis maintenant un bon moment devrait être accueilli avec un plus grand enthousiasme. Il faudrait davantage se concentrer sur la maîtrise des possibilités offertes afin d’en tirer des bénéfices. Certains secteurs en dépendent déjà trop pour tenter d’en faire abstraction. L’éducation en est un très bon exemple.

Tout le monde se rend compte que les jeunes de la génération Y ne pourraient pas vivre sans les technologies numériques qui font partie de leur vie depuis leur naissance. Par contre, cette génération n’est pas la seule qui aurait du mal à se passer des technologies, et ce, pour diverses raisons. De nos jours, toutes les générations sont concernées dans la vie privée ou au travail.

Mais que peut-on prédire pour les prochaines générations? Quand on pense que des applications ou technologies comme iPhone, iPad, tablettes androïdes, Twitter, Instagram, Spotify, etc. n’existaient pas avant 2010… Il est fort possible que les générations à venir naissent dans un monde complètement transformé par les technologies. Bien que plusieurs s’accordent pour dire que le contact humain demeurera essentiel, il faut dès maintenant se préparer à voir le monde se transformer plus rapidement.

Dans tous les milieux, l’usage du numérique engendre des transformations en continu des installations, des équipements qui supportent les activités du numérique et du développement des compétences numériques. Les technologies progressent rapidement et il faut éviter la désuétude qui entraîne des pertes économiques importantes. D’autre part, plusieurs applications populaires se développent et s’éteignent parfois aussi rapidement… les choix doivent se faire prudemment.

Dans le domaine de l’éducation, il y a aussi un immense besoin quant au développement de matériel pour la formation à distance ou l’utilisation du numérique en classe, et ce, dans tous les secteurs de l’éducation (primaire, secondaire, éducation des adultes et formation professionnelle), ainsi que pour la formation continue et la formation manquante. Puisque la production de matériel numérique requiert non seulement différents niveaux d’expertise, mais également des normes et des standards communs et partagés, le développement doit de plus en plus reposer sur une vision pédagogique mettant la technologie au service de l’apprentissage. Bien que la démocratisation des technologies ait favorisé l’émergence d’une variété d’initiatives dans le développement de matériel numérique d’apprentissage, tout n’est pas de valeur égale.

C’est dans ce contexte stratégique que s’inscrivent les actions et le développement de la SOFAD, orienté vers la proposition de solutions pertinentes, viables, accessibles et de qualité tant en formation continue qu’en formation à distance (FAD), à tous les niveaux pré-collégial. Grâce à ses activités de développement de solutions de formation et de soutien au réseau scolaire et à d’autres partenaires ou organisations, la SOFAD a la capacité de répondre, sur le plan national, à l’évolution des besoins reliés à l’expansion du numérique, tant pour ce qui est du matériel à produire, de l’hébergement, de la diffusion, du suivi des formations que du soutien au virage numérique à mener en formation au Québec.

Selon le Portrait des inscriptions à des cours en formation à distance (secondaire, collégial et universitaire) au Québec depuis 1995-1996 publié par la SOFAD, les données de fréquentation de la formation à distance montrent une augmentation de 425 % au secondaire, de 76 % au collégial et de 181 % à l’université.

Bien que le manque d’accès au réseau demeure un frein dans le déploiement des services de formation à distance, l’usage de la classe virtuelle ou l’utilisation du numérique, tant pour la formation initiale que la formation continue, prend de l’expansion. Dans la perspective où l’ensemble des services éducatifs doivent être offerts à toutes les populations du Québec et qu’il faut agir en considérant l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap ou à besoins différents, le numérique dans le domaine de l’éducation gagne en valeur et perspectives.

« Offrir la formation est au cœur de la mission des établissements scolaires. Face aux réalités du 21e siècle, qui appellent à un développement continu des compétences, il faut penser à délocaliser la formation pour la mener où elle est requise. En rapprochant la formation des besoins, le milieu scolaire déploie plus largement son offre de service au citoyen apprenant. Pour sa part, ce citoyen apprenant doit pouvoir utiliser le numérique pour apprendre et organiser son parcours au fil de son développement. »                                                     
- SOFAD


Article rédigé par Laëtitia Gagnon